BIARRITZ EN SEPTEMBRE : RENTRÉE DES CLASSES OU ÉTÉ INDIEN ?

Une nouvelle saison estivale se termine sur notre magnifique Côte Basque. Bien qu’une météo pas toujours clémente ait été de la partie, de nombreux vacanciers d’ici et d’ailleurs ont profité de notre belle ville de Biarritz. Une vie les pieds dans l’eau, à flâner dans les rues commerçantes ou à régaler ses papilles dans les restaurants et à dorer sa peau au soleil. Bref, la douce vie. Je rêve de Biarritz en été, comme disait Sébastien Tellier dans une de ses chansons. Biarritz en été, nous l’adorons. Biarritz en été, c’est intense, c’est effervescence, c’est dense (en population) mais c’est doux, c’est beau, c’est chaud.

Mais qu’en est-il de Biarritz, une fois la saison révolue. Qu’en est-il de Biarritz en septembre ? Entre rentrée des classes et été indien notre cœur balance… Nous voyons la ville se dépeupler, certes. Il devient plus aisé de se garer, de trouver une place pour sa serviette sur le sable. Mais cela signifie-t-il que Biarritz est essentiellement station balnéaire vivant l’été ? La rentrée des classes des uns faisant le bonheur des autres, on peut dire que l’été indien est en fait le véritable été des locaux.

Biarritz, ville villégiature ou ville pleine de vie ?

Étudions ces deux pistes. Biarritz est depuis la nuit du temps une ville villégiature prise d’assaut d’abord durant les belles années, devenue ville Impériale, la Gatsby, ville de Haute couture, lieu d’inspiration de nombreux artistes dont Victor Hugo et Coco Chanel, ville balnéaire où l’on venait se soigner face à l’océan, avant de finalement devenir « ville de surf » depuis la fin du 20e siècle. Cet aspect est resté à la ville, qui, dès les beaux jours voit sa population augmenter de manière drastique au moindre jour férié ou lors de vacances scolaires. Biarritz l’été c’est aussi l’effervescence, la folie, un monde fou partout, des plages bondées, des terrasses remplies, un air festif et chaleureux. On vient d’ici et d’ailleurs profiter de la Côte le temps de quelques jours / semaines, loin de la vie citadine. On y vient bénéficier de l’air marin, des embruns, on vient y puiser un ressourcement. On y vit au gré des marées le temps de ses vacances. Durant la haute saison touristique, et surtout lors des mois de juillet – août, la ville de Biarritz offre de nombreuses opportunités professionnelles pour les saisonniers venus d’ailleurs. Les offres d’emploi fusent sur les réseaux à l’approche de l’été. Mais que se passe-t-il au moment de la rentrée des classes ?

LA RENTRÉE DES CLASSES

Biarritz est une ville pleine de vie. On y trouve de nombreuses crèches et écoles se remplissant dès la fin de l’été. Pour les parents des tout-petits, il existe 10 crèches et de nombreuses assistantes maternelles travaillant à leur compte. Ici encore preuve de démographie croissante à l’année, il faut souvent s’y prendre un an à l’avance pour trouver une place en crèche… Et l’enseignement ? Qu’elles soient privées ou publiques, Biarritz compte 5 écoles maternelles, 9 écoles primaires, 3 collèges et 3 lycées. Il y a par ailleurs 1450 écoliers à Biarritz dont 30% dans le secteur privé.

À Biarritz, chaque quartier a son école. Que ça soit le quartier Beaurivage, le centre ville avec le quartier Médiathèque, le quartier Saint Charles ou le quartier Saint-Martin / Braou. On peut donc facilement trouver une école à deux rues de son domicile pour un plus grand confort de vie. Certaines écoles ont d’ailleurs la spécificité de proposer une formation artistique dès le CE2, grâce à divers partenariats entre la ville de Biarritz, l’Education Nationale et le Conservatoire Maurice Ravel ou encore le Théâtre du Versant : à Jules-Ferry par exemple, les élèves peuvent recevoir une formation en danse classique et contemporaine ; au Braou c’est le théâtre qui est enseigné. Les écoles du Reptou, Michelet – Paul-Bert – Pyrénées et Thermes Salins proposent quant à elle un enseignement bilingue franco-basque.

L’école à l’internationale ?

Ne nous cantonnons pas à Biarritz, il existe en effet sur la Côte Basque diverses écoles, primaire, collège et lycée confondues ouvertes à l’internationales proposant des cursus de langue étrangère poussés : anglais, espagnol, chinois, russe, basque,…

Et le sport-étude dans tout ça ?

Pour ceux qui connaissent un peu notre agence et nos agents, certains savent que Naum était surfeur professionnel avant de devenir votre conseiller. Il a suivi la formation du Pôle Surf au Lycée Cassin. On y trouve différents sports avec des horaires de classe aménagés : cours le matin et entrainement l’après-midi.

Pour se former…

Mais ce n’est pas tout… Il existe à ce jour 24 établissements de l’enseignement supérieur proches de Biarritz avec au total 74 formations Post Bac : agriculture, production, commerces, préparation scientifique, secteur sanitaire, social, management, ingénierie, arts lettres langues, droit économie gestion, technologies, santé, STAPS, hôtellerie, … Il y a là de quoi faire pour les futurs actifs professionnels.

LE BASSIN D’EMPLOI DU PAYS BASQUE

Qu’en est-il du bassin d’emploi de Biarritz ? Biarritz fait partie du bassin d’emploi du Pays Basque, qui est le 2ème bassin le plus recruteur de la région d’Aquitaine. En quelques chiffres, au Pays Basque, 28% des établissements envisagent un recrutement : il s’agit de 15600 projets de recrutement. 56,2% sur du non saisonnier : plus de 60% de besoins dans les métiers de service -à la personne particulièrement-, 13% dans les métiers du commerce, 7% dans la construction, 5% dans l’industrie manufacturière et 11% dans l’industrie agroalimentaire et agricole. Saviez-vous d’ailleurs que le métier du service en restauration est le métier le plus recherché sur le bassin d’emploi du Pays Basque ? En parallèle, on trouve à Biarritz et environs de plus en plus d’indépendants, de personnes qui décident de créer leur métier rêvé et de se lancer à leurs comptes ! Cette région étant propice à la création et créativité, on trouve donc une mixité de professions, de personnalités différentes. Il y a de tout pour tout le monde.

L’ère du télétravail, ou comment le cadre de vie prime sur le cadre du bureau

Avec l’avènement du télétravail depuis mars 2020, de nombreux salariés et entrepreneurs ont réalisé que l’informatique permettait de travailler différemment. Télétravailler a pour certains été une véritable révélation : fini les embouteillages d’une heure trente matin et soir pour se rendre au bureau, plus de disponibilité en famille ou avec les enfants, un aménagement horaire plus aisé, d’avantage de temps pour soi,… Les bénéfices sont nombreux. Et bon nombre de personnes ont de ce fait découvert une nouvelle manière de vivre et ne souhaitent plus faire marche arrière.

Parmi ceux qui, grâce à leur poste peuvent se permettre de télétravailler et de se rendre au bureau seulement ponctuellement, beaucoup ont décidé de quitter les grandes métropoles pour s’offrir à soi et à sa famille un cadre plus simple et naturel. Entre nous… Qui n’a pas un jour rêvé voir grandir ses enfants les pieds dans l’eau au bord de l’océan ? En tant qu’agence immobilière nous observons depuis la crise qui a débuté en 2020, un véritable retournement de situation. Là où nous avions une majorité de demandes d’acquisition de biens pour du locatif ou du saisonnier nous faisons aujourd’hui face à une vague de demandes de familles souhaitant s’éloigner des villes pour s’installer sur la Côte Basque. En tant qu’acteurs locaux et surtout vivant à Biarritz, nous y trouvons deux mondes distincts. À l’année Biarritz est un village, tout le monde se connaît, les locaux remplissent les terrasses des cafés au petit matin, après avoir déposé les kids à l’école, avant d’attaquer leurs activités respectives. Les écoles et les crèches manquent d’ailleurs souvent de place et sont donc également témoin de cette vie « à l’année ».  Biarritz n’est plus, comme il y a quelques années, une ville « fantôme » aux volets fermés l’hiver – il en reste certes, mais c’est en transition.

ET LA LOCATION SAISONNIÈRE DANS TOUT ÇA ?

Un autre phénomène que nous observons : certains propriétaires vivant à Biarritz de septembre à juin n’ont pas envie de vivre la cohue estivale. Ils profitent donc de la forte demande touristique pour mettre leur bien en location et s’éloignent de la Côte pour passer l’été au calme. D’autres louent au contraire leur bien l’année durant et s’installent ici uniquement les mois de juillet / août. Chaque profil est différent et c’est bien cette différence qui fait la richesse de notre région.

La différence entre la vie à l’année ou la vie saisonnière ? En quelques chiffres et pour illustrer cette différence, Biarritz c’est environ 24 000 habitants à l’année, 110 000 l’été. Énorme non ? La population fait plus que quadrupler. Il est donc normal que toute l’infrastructure change entre l’hiver et l’été. On observe notamment des sens de circulation modifiés pour la saison, des rues qui deviennent piétonnes pour assurer la sécurité et le bien être des passants… Et énormément de travail pour ceux qui en cherchent. La différence pour ceux qui ont l’habitude d’y vivre l’hiver est telle qu’on a l’impression de passer d’un village et d’un calme parfois plat à une ville dense où l’on vit rythmé au son du brouhaha des voyageurs venus d’ici et d’ailleurs. À chacun d’y trouver son compte et de savoir ce qu’ils souhaitent y trouver.

POURQUOI MANQUONS NOUS DE LOGEMENTS

Posons-nous maintenant la question sur la pénurie de logements. Pourquoi survient-elle ? Depuis des années, les jeunes locaux ont du mal à se loger. Au départ la difficulté résidait à trouver un bien à acheter, en tant que primo-accédant. Aujourd’hui, même la recherche d’une location à l’année est un véritable casse-tête. On voit partout pousser comme des champignons les immeubles résidentiels (on vous rassure c’est plus joli que dans les années 60 – 70). Les appartements partent comme des petits pains. Les principaux acquéreurs sont-ils vraiment les investisseurs ? La réponse est non : de plus en plus de personnes souhaitent quitter les villes et rejoindre la Côte Basque à l’année. Ils sont à la recherche de plus de calme, d’un mode de vie plus zen, plus cool, ils souhaitent plus d’authenticité et se rapprocher de la nature. En même temps, nous qui avons choisi ce mode de vie ne pouvons que comprendre.

Depuis quelques mois surgissent néanmoins des mouvements tels que « le Pays Basque n’est pas à vendre ». Nous décidons de ne prendre aucun parti comprenant ces deux parties : l’envie de quitter la ville pour se rapprocher de la Côte d’un côté… Compréhensible. La frustration montante et la colère des jeunes natifs de la région qui n’arrivent pas à se loger. Compréhensible également. Nous sommes entièrement empathiques face à ces deux partis pris.

FLAMBÉE DU MARCHÉ ?

Les faits sont là. Le marché flambe et les prix immobiliers sur la Côte sont au plus haut. Record ! Mais à qui la faute ? Aux citadins qui ont épargné pour s’offrir une vie plus douce sur la Côte Basque ou aux locaux qui acceptent de vendre à des prix plus importants parce que la demande augmente quotidiennement ? Nous ne pouvons pas véritablement parler de faute mais nous mettons à la place des deux parties également et nous questionnons : comment aurions-nous fait à leur place ?

L’offre est par ailleurs de nos jours tellement rare face à la demande que de nombreux mandats sont déjà sous offre avant même d’avoir eu le temps d’être mis en ligne. Il faut être réactifs, disponibles si l’on souhaite acheter aujourd’hui.

Alors… Biarritz en septembre : rentrée des classes ou été indien ?

Nous pouvons dire que la rentrée des classes cohabite avec l’été indien à Biarritz. Les mois de septembre, octobre et parfois novembre sont de ce fait des mois des plus agréables à vivre ici ! Moins de monde, donc plus de place sur les plages et dans les restaurants. Un retour au calme après la folie estivale et surtout des températures souvent clémentes, douces, et une atmosphère en dehors du commun que l’on ne rencontrera pas les autres mois de l’année à Biarritz. Dès début de septembre on peut percevoir un changement au niveau de l’ambiance, les commerçants ont de nouveau le temps de respirer et de papoter entre deux clients, les locaux retrouvent leurs petites habitudes, les surfeurs du coin aussi, et les parents bien que travaillant également, ont une sensation de vacances à leur tour : oui soyons honnêtes… vacances pour les enfants ne signifie en rien vacances pour les parents (même si on les aime de tous nos cœurs !).

    UNE ESTIMATION GRATUITE?

    Nous vendons en moins de 28 jours ! Contactez-nous, gagnez du temps !